Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 13 octobre 2016

Aussitôt pêché, aussitôt livré !

SuperU-csj.jpeg
 

La plate forme de chez U ne perd pas de temps pour faire commerce avec les pilleurs UK.
Et avec un cynisme certain ajoute un sticker "Engagements Ressources-U-Peche et Aquacultures"
Foutage de gueule sans nom et habituel de la grande distribution !
Produites au RU, mais pêchées chez nous

mercredi 12 octobre 2016

#Scallop Proche Extérieur c'est la curée

curee_111016.bmp
 

300 côtiers français et 50/60 UK , dont beaucoup de gros, très gros ships ! Ca gratte, ça charge, ça rentre et ça repart aussi sec !
A la fin de semaine, le gisement de coquille St Jacques aura fondu. Les coquilles qu'on aurait pu vendre à 3.50€ en novembre auront disparu.
(là on ne voit que les émissions AIS, donc 1 bateau sur 3)

mardi 11 octobre 2016

Scallop War sur FR3 Normandie dans le 19/20H

 

Un peu plus clair dans l'édition du soir, juste l'oubli des eaux territoriales sur la carte. UK et IE ne rentrent pas dans le 12 Mn français. On voit ainsi que la zone pour laquelle nous revendiquons une gestion ensemble est vraiment petite.

 

lundi 10 octobre 2016

Le point sur la CSJ

_B_D4594.JPG
 

Dimanche dernier, le 2/10, tous les bateaux sont partis en pêche, une bonne partie de la flottille est montée directement sous Dieppe.
Ceux qui sont restés dans le box au dessus le 49°42, n'ont pas viré les petits UK. "Nous ne sommes pas des pirates" m'a dit un patron en ajoutant qu'il allait en mer pour gagner, tout simplement, sa vie.

Lire la suite...

jeudi 6 octobre 2016

Toujours plus de UK, toujours plus gros

Cette semaine d'ouverture a été marquée par la présence en nombre plus important que d'habitude de UK <15m, 1 quinzaine ? Plus la présence d'IE, 4, dans les zones fermées pour cause de présence de DSP.
Beaucoup de questions et aucune réponse de l'Etat français, suite à la colère des marins exprimées fortement par leurs CRP.

6.JPG

Lire la suite...

mardi 4 octobre 2016

Un petit complément d'information

Un petit complément d'information concernant les >15m anglais, pour les non-initiés.
Certains pourraient facilement croire qu'on est chauvin alors que, simplement, on demande l'équité.

12.JPG
 

 

Lire la suite...

lundi 3 octobre 2016

Du Droit de Manifester

Je ne suis ni là pour faire la morale, ni pour vous endormir de belles paroles, ni pour faire des promesses intenables.
Mais 3 choses :

13.JPG
 

 

Lire la suite...

samedi 1 octobre 2016

Petit Rappel Historique

<Réunion du CC EOS (conseil consultatif des eaux occidentales septentrionales) négo avec les IRL à Edimbourg le 7 juillet, esquisse d'un compromis, mais rien n'est formalisé.
On parle d'autorisation de débarquer dans un port français, d'un blessé qui n'aurait pas pû être soigné en France ?...

10.JPG
 

 

Lire la suite...

mardi 27 septembre 2016

La Conflit FR/UK

BOX-FR_0916.jpg

Alors que la pêche à la coquille St Jacques ouvre partout en France le 3 octobre à 0H00, aucun accord n'a été trouvé avec les Irlandais. La zone qui nous oppose est un box situé en baie de Seine sous le 49°42. Dans cette zone nous avons des accords avec les UK pour ouvrir la pêche qu'à partir du 31/10.

Les 5 bateaux irlandais, qui ne viennent que depuis 2 ans, ne veulent pas intégrer cet accord et partager le gâteau en même temps que tout le monde. Les Irlandais veulent descendre jusqu'au 49°36, préservant seulement un espace (en rouge voir carte) lilliputien dans un box déjà ridicule à l'échelle de la Manche Est. Avec une carte tout devient lisible et compréhensible.
En rouge et jaune l'ensemble du box pour lequel on a des accord FR/UK
En jaune la zone pour laquelle nous négocions avec les IRL.
En rouge la seule zone que les IRL veulent bien respecter.
Les IRL sont dans leur droit, mais adopter les mêmes règles d'accès au gisement serait un minimum qu'ils pourraient accepter. Nota : sous la zone rouge, ce sont les 12Mn, les eaux territoriales, ni UK, ni IRL n'y ont accès. Heureusement, c'est le gisement classé de la baie de Seine qui n'ouvrira que début décembre.
L'ensemble de la baie de Seine forme une entité biologique homogène pour laquelle nous prenons, depuis plus de 30 ans, des mesures pour gérer l'effort de pêche. UK et IRL n'ont qu'une seule contrainte, respecter la taille européenne de 11cm, pour le reste c'est "open bar", pas de quotas, pas de temps pêche, pas de mesures techniques sur le matériel !

BOX-FR-IRL_0916.jpg

mardi 20 septembre 2016

Coquilles Saint Jacques 2016/17

4.JPG

Rappel du dispositif réglementaire mis en place pour l'ouverture du 3 octobre prochain au sein de la Commission interrégionale ayant eu lieu le 8/09 au Havre.

Cela pourra légèrement évolué en fonction des accords éventuels avec les IRL et des problèmes sanitaires (DSP dans les zones 11,12,14)

Modalités de gestion pour la zone au nord du 49°42’N

L’ouverture aura lieu le 3 octobre 2016 à 0h00. 3 débarques (et donc 3 quotas) seront autorisées pendant les 3 1ères semaines d’octobre (du lundi au vendredi) avec fermeture des WE.

< Du lundi 3 octobre 0h00 au vendredi 7 octobre 2016 à 24h 3 débarques autorisées

< Du lundi 10 octobre 0h00 au vendredi 14 octobre 2016 à 24h 3 débarques autorisées

< Du lundi 17 octobre 0h00 au vendredi 21 octobre 2016 à 24h 3 débarques autorisées

En fonction de l’état du marché, le nombre de débarques hebdomadaire pourra être revu à la hausse. A partir du 23 octobre 2016, les règles habituelles sont reprises (4 quotas hebdomadaires). Ouverture du proche extérieur (sud du 49°42’N) : à partir du 31 octobre à 0h00 avec 4 débarques.

mardi 19 janvier 2016

"On n'est pas que des pigeons" FR4 parle de la coquille St Jacques

Très bonne émission, bien rythmée, complète et sans faute !! Bravo Alexandra

dimanche 11 octobre 2015

De la présence des Irlandais sur nos gisements de coquilles St Jacques

uk-boboss_1008.jpg

Est-ce que c'est révoltant oui ! Est-ce que votre colère est légitime, oui !

Mais avant de céder aux chantres de ceux, minoritaires, qui pensent "que c'était mieux avant les 3 ouvertures", il faut se rappeler d'où l'on vient. Il y a seulement 4 ans, dès le mi-aout, la flottille anglaise et écossaise investissait massivement nos gisements traditionnels et quittait les lieux peu après l'ouverture d'octobre. Alors pour faire évoluer cette situation intolérable, on a discuté d'abord entre français, puis avec les "UK". Grâce aux échanges de KW, avec les rencontres de Brixham et Port en Bessin, nous avons trouvé des accords. Maintenant les discussions vont plus loin, on parle de mesures techniques, la taille des anneaux par exemple. Reste évidemment les - de 15m et les Irlandais, mais là aussi les négociations avancent à Port en Bessin, puis à Dublin en septembre dernier, les irlandais ont reculé leur date d'arrivée, ils nous ont proposé de rester au Nord du 49°36. C'est insuffisant, mais c'est un bon début. Ce sont, comme beaucoup d'entre vous de jeunes pêcheurs. Conséquence du libéralisme anglo-saxons, ils se sont installés avec des bateaux d'occasion sans droit de pêche et se rabattent donc sur la coquille. Aussi, ils sont pleinement conscients d'être en porte-à-faux avec notre flottille.

Quel est notre objectif ? C'est simple, faire reconnaitre "le box" sous la ligne Barfleur/Antifer, sous le 49°42N, par l'Europe, faire reconnaitre la dépendance de nos petits bateaux majoritairement limités à cette zone dans les 20Mn. Il n'est pas question de remettre en cause les droits historiques de chaque état. Mais ne nous trompons pas de l'autre côté, juste en face de chez nous, là aussi des pêcheurs, petits bateaux pratiquant les ars dormants, s'insurgent de la présence des français et demandent une nécessaire révision de ces droits acquis depuis longtemps dans leur 12Mn. La reconnaissance de ce box permettra d'aller plus loin dans les mesures techniques, fermeture, quotas, etc...

Le système des 3 ouvertures a permis à nos bateaux d'être moins dépendants de la coquille, d'étaler les apports en évitant la surproduction chronique d'octobre là où il ne faut pas "rater l'ouverture". Cette année, au delà de l'indispensable gestion de la ressource (problème de la taille des csj), il faut penser aussi à celle des marchés. La csj est actuellement bien valorisée. Il faut absolument maintenir ces cours hauts jusqu'au début novembre, c'est à ce moment que la demande va s'affirmer.

La conjoncture internationale nous est favorable, pas d'import, des prix hauts sur les noix de pétoncle, une forte demande aussi bien de nos mareyeurs que sur le marché internationale (Cf le dernier PDM). En plus sans problème sanitaire, on a toutes les conditions pour réussir une très belle saison de coquille.

Nous demandons d'urgence une réunion de la Commission Interrégionale pour explorer toutes les possibilités pour mettre un terme à cette situation.

Il y a 9000T de csj à pêcher das le Proche Extérieur. Serrez nous les coudes et résistons à la tentation de tout lâcher à cause de quelques irlandais opportunistes.

Dimitri ROGOFF Président de la Commission CSJ

Greenpeace_8.jpg

mercredi 18 mars 2015

Chef Piège tombe dedans...

4590643_5_8a61_coquille-saint-jacques-sur-un-pave.jpg

La secte du fooding a poussé le pavé un peu loin, à mon gout.

http://www.lemonde.fr/m-styles/article/2015/03/11/clover-tient-le-haut-du-pave_4587663_4497319.html

Have a good day !

mercredi 12 novembre 2014

Le Point sur le début de saison de la coquille St Jacques


En attendant des développements écrits...


Interview Dimitri Rogoff par MancheLibre

samedi 19 avril 2014

The Last Fishermen

jeudi 27 mars 2014

France 2, TeleMatin, samedi 29 mars 2014 à 7H...French Scallop is watching you !

scallop_0314.jpg

Vite fait, bien fait, un peu trop tôt pour être enjoué ;o))

dimanche 16 février 2014

FR5 met sa camera à bord du Sauvage

FR5-en-bateau_21213.jpg

Lamia voulait faire un reportage sur les appellations trompeuses et mensongères dont sont victimes les produits de la mer. Elle a mis ses bottes et a embarqué à bord du Sauvage pour la marée d'ouverture de la baie de Seine le 2 décembre dernier. Un reportage intéressant et bien fait avec le discours de la grande prêtresse des produits de la mer, Marie-Christine Montfort.
(Les CSJ c'est vers 32')

jeudi 13 juin 2013

De la pêche estivale vers la disparition de la flottille artisanale normande.

Cela fait un bon moment que je vois passer dans ma boîte mail pas mal d’inepties à propos de la csj, mais là, trop c’est trop, je me dois de réagir…

L'idée d'ouvrir la pêche l'été n'est pas nouvelle, mais récente. C'est tout d'abord Paul Françoise Président de la Commission Nationale Coquillages qui nous avait surpris en proposant cela, au débotté, dans les locaux de FAM. Mme Cécile Bigot, présente, s'était écriée "En voilà une bonne nouvelle idée".
Autant vous dire que sur les quais les réactions furent vives et houleuses !
La Commission Nationale a par 2 fois refusé cette proposition, y compris en consultant les transformateurs.
Maintenant, au CNPEM, c'est le directeur, qui s'y met et qui veut "changer le mode de gestion de la CSJ". Lui, qui a le savoir acquis, se pose en expert, s’érige en grand économiste et se fait le chantre d’une politique libérale. Les pêcheurs, qui n’ont qu’un savoir inné, « ces bons sauvages », évidemment, ne connaissent rien de cette science et donc, n'ont rien compris. On est bien loin de l’image du pêcheur, "ingénieur des mers", chère au président Romiti.



Alors voilà, la messe est dite, c’est donc le Marché qui doit commander l’exploitation et la gestion de cette ressource naturelle et sédentaire.
Au passage, on passe à la trappe les 2 audits financés par FAM.
Devrais-je aussi rappeler les décisions prises en Commission Nationale Coquillages ? Ou doit-on s’assoir dessus ? Dois-je lui rappeler qu’il n’est pas mandaté pour ça ?

Il y a 150 bateaux de 12/14m en Basse Normandie qui dépendent essentiellement de la coquille, auxquels j’associe volontiers 50 Hauts Normands. Cette espèce est aussi la 1ère en valeur. Très, majoritairement nous refusons la pêche estivale, considérée comme une fuite en avant destructrice.
Nous refusons également les diktats parisiens et pensons que la voix des pêcheurs artisans bas-normands doit être entendue et respectée au sein du CNPEM !
Nous refusons le modèle économique industriel anglais dans lequel nous précipiterait une pêche d'été sur ce bivalve emblématique.

Autoriser la pêche estivale, c'est mettre un coup d'arrêt aux négociations difficiles que nous avons avec les britanniques. Les atermoiements au niveau national peuvent laisser à penser qu'au CNPEM on ne vaut pas d'un accord. Le blocage de notre demande d'un box communautaire auprès de la CEE, sous la ligne Barfleur/Antifer, est aussi un exemple significatif.

Évidement chacun aura compris qu’il est plus facile de dire "Allez pêcher l’été !" plutôt que d’aller ferrailler et de signifier aux sujets de sa Gracieuse Majesté, "Mrs les Anglais vous ne pêcherez pas « les joyaux de la couronne », les 1ers ".



Revenir sur l’arrêté ministériel, qui interdit la pêche de la csj l’été, c’est ouvrir la boite de Pandore qui va directement nous mener à la dérégulation du marché de la csj et à la disparition de la flottille de côtière.
On l’a très bien vu cet hiver avec l’exploitation, au profit de quelques industriels de la transformation, des zones de décorticage. Prix de la csj, 1€50, moins cher que le bulot… ! Tonnages débarqués, pas de chiffre ? Comment faire vivre 200 bateaux avec des prix si bas ?

Que nos amis bretons ne se méprennent pas, le développement hypothétique d’une pêche l’été aura des conséquences désastreuses sur le marché et remettra très rapidement en cause le modèle économique nord breton. Quand la Manche Est sera mise à blanc par une exploitation 12 mois sur 12, l’effort de pêche se fera en Manche Ouest.

Les rapports d’Ifremer à travers 30 ans de campagne Comor, financés par les bas normands, rappellent systématiquement la fragilité du gisement du Proche Extérieur. L’exploitation sur une seule classe d’âge, qui crée des pics de production, est aussi néfaste pour la gestion de cette ressource que pour sa mise en marché. L'abondance de cette saison est historique, pourtant chacun fait comme si cela devait se répéter tous les ans.



Regardez les écossais, des gros bateaux, de 30m et plus, armés par des usines, des patrons salariés, des équipages "d’importation ", absence totale de régulation des apports, "liberté de cambuse", au passage quelques soupçons d’esclavagisme (cf le marin, un journal extrémiste ?), voilà donc une belle économie, c’est ça qu’on nous propose ?

Le Marché, demandeur, devrait donc prendre le pas sur la gestion et la valorisation de la ressource ? Parler de pêche durable et responsable, mais voyons le marché n’en a que faire. Le travail fait en région, le tissu économique local, les signes officiels de qualité, le respect de la saisonnalité, les circuits courts, le « locavore », des broutilles !

La consommation nationale des pectinidés, c’est environ 150 000 T, la pêche française produit seulement 20 000 T.
Doit-on dilapider nos csj en pêchant l’été ?
Doit-on se mettre en concurrence avec les csj "low cost" britanniques, entre 1€50 et 1€30, glacées en cale pendant 5 jours, décortiquées, trempées et accolées d'une DLC de 15 jours minimum et tous les autres succédanés d’importations ?
Ne peut-on pas dédier notre production minoritaire et de grande qualité au marché haut de gamme ?
Le Marché veut de la coquille l’été, même si la gonade hypertrophiée, 4 fois plus grosses que la noix sera jetée ?
Qu’importe le cycle de reproduction ?
Qu’importe le prix, on devrait aller pêcher ?
Au sein de la Commission Manche/Mer du Nord, j'ai émis l'idée de déposer une "motion" auprès de la CEE pour réserver la Manche Est aux seuls artisans et y bannir toutes formes de pêches industrielles. Tout le monde était d'accord. Alors que la CNPEM se fasse le porte-parole de ses ressortissants !
On peut parfois se demander si quelque part n’existe pas la volonté de brader toute la Manche Est au profit des industriels de la pêche, des granulats, des marchands de vent, de boues et de l’indispensable contrepartie écologique à travers le lobby des AMP…
La sincérité affligeante avec laquelle, la main sur le cœur, tous ces gens nous affirment que tout cela se fera au bénéfice des pêcheurs, qu’ils y trouveront leur compte, me hérisse le poil.



Alors Mrs les chantres de la politique ultra-libérale, à tous les artisans de Manche Est, étaplois, qui n’ont pas été capables de faire des grands senneurs, normands qui refusent d’investir dans des 30 m pour la coquille, maquereautiers de Trouville qui regardent impuissant "le plus grand chalutiers du monde" siphonner leur ressource estivale, fileyeurs de Dieppe et Fécamp qui cèdent du terrain continuellement aux beam-trawlers de 2000CV, vous expliquerez donc à tous ces pêcheurs qu’il n’y a que 2 solutions, le plan de sortie de flotte ou le modèle industriel.

Et bien non, nous pêcheurs artisans côtiers, refusons le "darwinisme économique". Et, nous entendons que le CNPEM nous soutienne dans cette action en respectant notre choix d'un modèle économique artisanal, garant des ressources et de la pérennité des communautés littorales.

dimanche 7 avril 2013

Normandie Fraicheur Mer, portail des produits de la mer normands



Normandie Fraicheur Mer met son nouveau site en ligne.
Véritable portail de nos produits de pêche pour le grand public. Complet, interactif et aussi des livres à gagner en publiant vos meilleures recettes avec photos.
Alors soignez les cadrages !

samedi 2 mars 2013

Le Bal des Faux-Culs

L'année 2012 est terminée, elle a été riche en évènements, rebondissements, gesticulations, effets de manche. Et pour suivre le rythme il aurait fallu écrire un billet hebdomadaire. Mais voilà la vie en a décidé autrement et pour moi cela a plutôt été un passage à vide. Des problèmes de santé graves touchant quelqu'un de très proche m'ont mis moralement sur la touche. Dans ces moments-là, on se met à relativiser, à se demander ce qui est important, ce qui restera. Je me suis donc moins impliqué qu'à l'habitude au point qu'on me l'a reproché et même évincé de certaines structures.
Depuis, au sein du microcosme de la pêche, j'ai retrouvé ma place. La seule qui m'importe, celle d'un homme libre de sa parole et de ses idées. Et, souvent je me plais à rappeler à tous ceux qui cherchent le pouvoir et les honneurs qu'ils ne laisseront pas leur nom dans l'histoire du monde maritime en répétant à outrance à leurs électeurs ou collègues, ce qu'ils veulent entendre uniquement pour se faire bien voir !
Plus inquiétant, l'expression qui caractérise 2012, c'est "on régresse". Dans la bouche de tous, la saison de coquille 2012/2013 est une saison pourrie. En criée le prix des poissons et des coquillages a chuté.
Bref, 2012, annus horribilis !



Où élections riment toujours avec pièges à cons :
En début d'année, les élections professionnelles ont mis en place les nouvelles structures. Exit les "comités locaux", vive les antennes régionales ou Comité Départemental des Pêche (CDP). Dans le Calvados nous avons donc opté pour un CDP. La formule d'une structure autonome vis-à-vis du CRPM, disposant de moyens propres et reconnue par les pouvoirs publics me paraissait une bonne chose. En effet le CRPN dont le siège est à Cherbourg est plus présent dans le 50 que dans le 14, plus de permanents sur le terrain, plus d'animations. Depuis je doute ! Je doute sur le budget, je doute sur les motivations, je doute sur le message vendu avec : "cela ne changera rien, tout restera comme avant". D'autres considérations avec le futur parc éolien et sa manne financière ont certainement pesé sur le choix de cette formule.
C'est donc Paul François Président de la FFSPM (fédération de syndicats de pêcheurs) qui a pris sans surprise la tête du CDP. Les surprises étaient ailleurs puisque certains se sont retrouvés sur la touche, après le vote. D'autres comme moi ont dû se satisfaire de poste de suppléants pour de sombres histoires de choix entre le régional et le départemental. Ce qui n'empêche pas de me faire engueuler quand je ne viens pas aux réunions !


Daniel Lefevre à gauche qui a remis le Mérite Maritime au militant écolo Jacky Bonnemains...

Au CRPM, c'est Daniel Lefèvre qui a repris du service pour un 3ème mandat. Le mandat de trop ?
Avec Daniel, militant socialiste, le changement ce n'est pas maintenant ! Son programme est toujours le même "Ouhai les gars on a du boulot, avec les problèmes d'environnement, on en a encore plus, alors on va continuer".
Les "de mon temps on n'avait pas besoin de se faire chier avec ça", devenus depuis les "pour mon garçon" ont eu du fil à retordre puisque la limite d'âge est de 65 ans, c'est vrai qu'avec une retraite à 55 ans certains "retraités" commençait à radoter. Même si sur le papier apparaissent quelques nouvelles têtes, on ne note aucun changement significatif. Le groupement qualité que je préside, NFM, n'a toujours, malgré les promesses, aucune place officielle.
La valorisation serait-elle définitivement le parent pauvre de la gestion des ressources marines ?


Gérard Romiti nouveau président du CNPEM

Au national, PG Dachicourt alias "Mister Good Fish" a pris "sa pouc". Qu'il amène avec lui Hubert² et qu'ils aillent ensemble faire de la promo pour Pavillon France dans les supermarchés en bottes et cirés. Rien ne vau le terrain, près du "consom-acteurs" !
PGD est moi cela n'a jamais été le grand amour, trop proche du ministre, trop proche de sa région, trop proche du Crédit Maritime, confondant égalité et équité. Et donc, surprise, par le jeu des alliances, entre un Larzabal cégétiste et PGD prosarko, c'est donc un corse Gérard Romiti qui a été élu. On le dit indépendantiste ? On le dit rodé aux mécanismes bruxellois ? Je l'ai rencontré à Grandcamp, il m'a dit que j'étais un provocateur, je le prends pour un compliment. On verra si cela fait boom !


Retrouvez toute l'info éolienne/pêche sur http://fishwindmill.blogspot.fr/

Où l'on voit le Consortium Eolien rendre visite aux bons sauvages
Les dés sont jetés ! C'est donc le Consortium composé de WPD et notre copain Brice, EDF, Alstom, Dong Energy, Nass et Wind qui a été désigné par le ministre, non regretté, Eric Besson. Les choses vont donc s'accélérer et on va voir de nombreuses études pseudo scientifiques se mettent en place avec le concours de pêcheurs grassement indemnisés. On a déjà connu ça avec les extracteurs de granulats, l'étude de leur panache sédimentaire au moment de l'extraction, un beau moment de science, du baratin pour hypnotiser les pêcheurs. Sur le littoral tous rêvent à la taxe professionnelles et ses 2M€, mais patience jusqu'en 2017 pour savoir ce qui redescendra de Paris …
Béatrice a donc pu enfin comprendre qui était marié avec qui. Soupçonnant des unions contre-natures, des enfants illégitimes, des adoptions illégales. Bref une vraie militante de Civitas. Sous œil amusé du chef de projet, on débat à coup de milliard d'€, on fait des choix d'ancrages, mono pieu ou jackets ? On définit le trajet des câbles avec une question essentielle, je dirai même existentielle, doit-on définir le parcours puis faire le carottage ou faire le carottage puis définir le parcours, sachant que le parcours le plus court est préférable vu le prix des 2 câbles de ø40 cm ? Réponse après la 1ère réunion du groupe technique "dispositif d'évacuation de l'énergie".
Pour marquer ce grand événement, le Consortium n'est pas venu les mains vides et pacotilles et verroteries ont été distribuées aux bons sauvages. 20 000€ pour faire de la com sur nos produits et des petites balises qui font bip bip et qui clignotent quand on tombe à l'eau. Enfin seulement pour les 70 premières demandes et à hauteur de 20% de l'investissement…



Où j'avoue n'avoir pas tout dit sur la coquille
Lassés d'aller pêcher au Large et fatigués de voir certains collègues travailler en toute impunité dans des zones fermées les pêcheurs ont décidé d'ouvrir la Baie de Seine, plutôt, le 15 novembre. Pour mémoire le gisement présente une ressource équivalente à 4 fois une année normale, 50% de plus que la meilleure année connue depuis 30 ans. Et que croyez-vous qu'on ait fait, et bien on a augmenté le temps de pêche de 50% 6H plein pot. C'est plus de la pêche, c'est la curée ! Et croyez-vous qu'on a pris l'engagement d'étaler la pêche de toute cette manne sur 2 ans, que nenni. Quand je vous dis qu'on régresse !
Les anglais ont certes pillé notre gisement, ils ont dilapidé ce produit qui va revenir en France aux moments des fêtes à vil prix et d'une qualité exécrable. Notre problème c'est que les 14/16000T de coquilles grattées par les rosbifs, on n'aurait pas pu à court terme les pêcher et les traiter. Ces zones, dites de décortication, sont depuis l'ouverture (françaises) restées fermées pour raisons sanitaires. Il reste donc à certains endroits et dans la Baie de Seine des taches de coquilles très denses qui n'ont été travaillées depuis 2 ans. Et, nous n'avons aucun outil régional, coopératif ou privé pour traiter ces coquilles. Tout juste un petit marché avec un mareyeur caennais caractériel et, la coopérative Granvilmer. Travailler dans ces zones est intéressant malgré un prix au bateau de 2€ (descendu depuis à 1€50) car elles sont très prolifiques ce qui limite énormément les frais (GO). La gestion des heureux élus pour y travailler était faite par l'OPBN par tirage au sort. Mais courant décembre, les Affmars ont délivrés directement des autorisations sur demande d'un mareyeur aussi bien en BN qu'en HN. On assiste donc à un privatisation de la ressource. C'est scandaleux. D'ailleurs alors que la saison dernière tout était encadré, débarque en criée controlée, etc... Maintenant c'est "open bar" on débarque quand on veut ou on veut et sans déclaration !
En raison des apports massifs et journaliers la coquille se vend mal. On peut douter de la nécessité d'envoyer en plus des bateaux dans les zones fermées. Les invendus doivent aller à la décortique !!
On fait une gestion "à la petite semaine" en demandant des fermetures improbables. On maintient la pêche dans une forme de fatalisme "ça se vend pas, qu'est-ce que vous voulez qu'on y fasse". Alors les pêcheurs se démerdent pour arrondir leur fin de mois, ventes directes, noix à bord, trafic de produits sous taille, un peu de fraîche pour les fêtes, ça fait toujours plaisir aux équipages…C'est ça, aussi, la pêche artisanal du 3ème millénaire.


Pavillon France nous a mis un visuel avec un "coquillard artisanal" modèle UK...rectifié depuis !! ;o))

Les méventes, retraits, surproductions, marché parallèle, tout était prévisible. Nous sommes victimes des décisions irresponsables prises en Commission CSJ avec l'aval des élus et de l’administration contre l'avis scientifique suite à la campagne Comor. On a laissé le productiviste prendre le dessus. Toujours le même leitmotiv destructeur "Il faut laisser les bateaux pêcher", on a ressorti aussi l'argument sécurité avec un temps de travail court.
Je reste sur mes positions, suppression des quotas, gestion du marché par seulement l'effort de pêche en temps. Avec à la clé des économies pour l'Etat avec le financement d'une surveillance aérienne par les pêcheurs (idem St Brieuc).
Pourquoi on se prive depuis des années d'un vrai débat sur la coquille en Manche Est ?
Pourquoi, par 2 fois, on a mis aux oubliettes 2 audits sur la CSJ ?
VMS et AIS sont de formidable outil de contrôle, qu'en fait-on ? Rien !
Trop de messages et d'idées récentes sont contradictoires avec une bonne gestion.
Passé cette année exceptionnelle, il sera nécessaire de redéfinir l'effort de pêche en Baie de Seine en diminuant le nombre de bateaux ce qui n'a pas été fait lors des plans de sortie de flotte successifs. Tout ça demande un peu d'audace et, si les coquilles ne manquent pas, élus et administrations manquent cruellement de courage.



Où l’on nous assène que c’est le consommateur qui fait le marché
MCM nous a conviés à une grand-messe à Paris à bord d’une péniche. Objet du débat de quoi nos grands acheteurs ont besoin ? Une pêche certifiée est-elle un bon argument de vente ? Le cynisme de la réponse en dit long sur la volonté des industriels à intégrer les avantages d’une pêche durable et responsable ». M. OSO nous annonce que c’est la crise, que si c’est trop cher ici, on ira le chercher là-bas, que si la dame veut de la crevette à 0.99€ on lui fera de la crevette de merde dans des conditions sociales et environnementales déplorables. Norge, etc…, nous ont fait prendre un grand bol d’air avec des présentations touristiques, eau pure, air pur. Charles Braine aka Charlot passé de WWF à la très petite pêche côtière nous a expliqué qu’à la criée son mulet n’était pas valorisé et qu’un copain restaurateur qui lui paye des coups en fait de délicieux céviche. Vive les circuits courts ! Il n’a pas été très disert sur ses marées à la coquille. Avec sa petite chaloupe pontée, il a compris le fossé qu’il y avait entre un bateau de 30 ans dans son jus et un 12m récent, moderne et fortement motorisé. La petite pêche a bien des visages ! La pêche idéale serait alors bipolaire, quelques très petits bateaux armés par des biknics, zigzaguant dans les champs éoliens, et à l’opposé, une flottille de très gros ships sur des pêches dirigées avec caméras embarquées et tout l’arsenal proposé par la Commission.
Arnauld médusé a fait une conclusion abracadabrantesque…

Où l’on va carrément au clash
Où est la police des pêches ? Où sont nos coastguards ? Qui met un peu d’ordre dans la maison, qui laisse faire depuis l’ouverture du 1er octobre ? Alors qu’on a su contrôler les pilleurs anglais, pourquoi le respect des zones de décortication a-t-il été aussi laxiste ? Ce laisser-aller depuis l’ouverture est en partie responsable de nos problèmes de marché. Et, tout d’un coup patatras ! Voilà une dizaine de bateaux interpelés dans la zone ASP ! Pêche saisie, analyse en cours, suspicion de mise en danger de la vie d’autrui. Autant de publicité dont on se serait bien passé. Je me demande comment mes collègues ont pu aller se fourvoyer dans un pareil merdier. J’ai même un peu honte, on parle là d’alimentation, de risque sanitaire, d’un produit qu’on met dans « la bouche de nos enfants ». Au-delà des sanctions individuelles, c’est surtout l’ensemble de la profession qui retient son souffle car la menace de fermer ou de classer tout le gisement en « ASP » est bien réelle.



Où l’on va se promener à Bruxelles, enfin non, voir le député Cadec
Passage obligé avec la crise de la coquille, aller à Bruxelles « porter le poids » le pé en patois portais. Un bouillonnant élu UMP de Bayeux nous a donc organisé cette entrevue. J’en ai profité pour faire esquisser un petit sourire sur le visage façon Snoppy d’Angela. Bon, on a bu des bières, le député nous a reçu en copain, on se tutoie, on fait des bonnes blagues machistes, le député vanne sa blonde et filiforme secrétaire, on s’est pris en photo avec une grosse morue…, on a bu un coup, le député a pris les commandes, il fait ça très bien, on a fait des images avec une télé norvégienne mais pas de son, le député nous a déconseillé de répondre à une interview, on pourrait nous faire dire n’importe quoi…, nous les ploucs, le député nous a proposé un « gentleman agrement » c’est bien ça, cela ne coute rien, on fait tout le boulot, ça sert pas toujours à grand-chose, le député nous a pris en photo, enfin son assistante blonde, qui fait que des photos de pieds avec un put…d’apn numérique qui lui a couté 350€. J’ai caché mon Nikon, pas de signes extérieurs de richesse devant un député sans le sou.
Par contre en regardant l’affichette sur le bureau de Dany, je me suis dit que pour un jeune retraité, voilà un job qui va bien…



Où je confesse le cumul des mandats
Le président de la commission régionale CSJ a démissionné. A l'occasion d'une nouvelle élection, j'ai proposé ma candidature. Ce n'est pas le moment le plus facile. Il faut mettre de l'ordre dans la gestion de l'ASP. Trouver un moyen d'arrêter tous ces retraits/destructions scandaleux, faire remonter le prix moyen et fermer la baie de Seine pour laisser grossir les csj et arrêter de dilapider à 2€ ce qu'on a de plus beau. Il est toujours un peu rageant de faire d'un bord la promo et le travail de valorisation avec Normandie Fraicheur Mer et de l'autre ne pas pouvoir réformer les règles de production avec le Comité Régional. Avec la présidence de la Commission CSJ de BN, je peux dire "le changement c'est maintenant", avec humilité !!
1er couac...La presse a fait ses choux gras de la rébellion de certains petits pêcheurs à l'annonce de la fermeture. Pas évident de convaincre, malgré une consultation écrite de tous les pêcheurs. Je comprends leurs doléances, mais nul ne peut ignorer qu'avec le nouveau système de quotas attachés au bateau et non plus à l'homme, les plus petits bateaux ont bien profité de la manne de début de saison. La conjoncture a été décisive, et l’Administration a tranché.
Le petit effort de fin de saison sera un investissement pour l'avenir.
Le courrier adressé à tous les pêcheurs ici

- page 2 de 8 -