Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 20 septembre 2009

Et dire que toute l'année c'est pareil en Manche Est



Très beau reportage sur Arte : Les Damnés de la Mer
C'est partout pareil, même dans notre petite Baie de Seine, ces grands bateaux ratissent méthodiquement tout le poisson de fourrage. Ils condamnent les pêcheries côtières et déséquilibrent complètement la chaine alimentaire et l'écosystème.
Personne ne bronche, pas un responsable professionnel, pas un politique, pas un scientifiques, pas une ONG. Si des fois cela arrive pour nous parler des mammifères marin et de leur ami Flipper.
Quand ils auront vidé la mer, la CEE leur donnera une prime pour casser les bateaux. puis une subvention pour en reconstruire des navires et continuer leur entreprise de mort ailleurs dans le monde.

mercredi 24 juin 2009

Grenelle de la Mer en Région, Plouf !!

Si pour l'instant le précédent Grenelle de l'Environnement à fait pschitt, le Grenelle de la Mer a fait plouf....Une grande messe pétrie de bonnes intentions, dans un grand fourre-tout pas toujours très cohérent ou chacun prend des grandes résolutions dans style de celle qu'on prend le 1er janvier... La démarche des extracteurs de granulats a été décrite comme exemplaire, il est vrai qu'ils se sont donnés 20 ans pour endormir poissons et pecheurs. Mais c'est une réalité économique, on a besoin de matériaux pour construire les pieds des éoliennes. Alors au diable la protection de l'environnement, vive la croissance.
Beaucoup d'effet d'annonces pour pas grand chose avec des "grands témoins" issu de la société civile et totalement inculte en matière de "maritimité". La déclinaison régionale n'aura rien apporté de très concret si ce n'est quelques plaisanciers énervés à l'idée de devoir payer un permis de pêche en mer...

samedi 25 avril 2009

Je demande pardon...

Je demande pardon aux cabillauds pour les propos qu'a tenu Pierre-Georges Dachicourt, Président du Comité National des Pêches, sur France Inter le mardi 21 avril 2009. Il a dit "le cabillaud c'est le cochon des mers" Ils vont tout bouffer, dans 2 ans si on les pêche pas, en Manche Est c'est le désert, même les coquilles vont disparaitre".
En même temps je demande pardon au nom de tous les pêcheurs qui ont envie de sortir de cette spirale infernale où le pêcheur creuse sa tombe, où le pêcheur est contre tout , les scientifiques, l'Europe, les Affmars. Non, la profession ne va pas se mettre à dos toute la société car nous sommes capables de nous en sortir sans aide public et sans mettre à mal toutes les ressources disponibles.



mercredi 8 avril 2009

Barack aime la Saint Jacques...pas le saumon bio d'Ecosse

http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2009/04/barack-obama-plutot-saint-jacques-que.html

A lire sur ce site intéressant et bien documenté.
Voir aussi ici http://action.foodandwaterwatch.org un nouveau mouvement qui nous vient des States A bas le poisson d'élevage !...

On apprend aussi que les éleveurs écossais de saumon butent 5000/6000 phoques par an accusés de manger les saumons. Il semblerait que les pêcheurs, déjà accusés d'esclavagisme à bord de leur bateau(le marin) font aussi du ball-trap sur ces sympathique mammifères.

"Nous vivons une époque formidable"

vendredi 20 mars 2009

Prix de la sole en criée, où va-t-on ? Coup de gueule !



Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment sur le marché du poisson. Mais pour beaucoup d'espèces notamment pour la sole qui est mon poisson fétiche, c'est la cata, au niveau. Quasi moins 40%, la question qui se pose est donc comment faire vivre une entreprise avec -40% de chiffre d'affaire !
Pourtant dans le marin du vendredi 20 mars on peut lire que les poissonniers sont contre les ventes directes des pêcheurs aux consommateurs. Très bien, cela ne les empêche pas de venir nous acheter en direct pour courcircuiter les 1ers acheteurs qui sont les mareyeurs qui eux-mêmes ne dédaignent pas faire 1 à 2 fois par semaine de ventes directes sur les marché ou en poissonnerie...
On peut lire aussi que le poisson a baissé de 6% en février, de si peu ? Mais dans le même temps on constate que le calmar a augmenté de 20 % je m'en fous mais tant mieux pour les collègues qui en pêchent, et, que depuis le début de l'année les apports ont chuté de 2% et la valeur de 24% par rapport à 2008 ?? Pas tout compris.
D'après Hubert Carré notre grand directeur du CPEM (Comité National des Pêches) La fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution s'était engagé à soutenir les productions françaises. Promotion et communication sur le sole, le lieu jaune..., et des baisses de prix au détail alant de 20% à 40%...Laissez moi rire. Hubert affirme " C'est positif. On ressent un effet très net sur les prix en criée depuis 15 jours"

Voila le tableau des prix en criée de Port en Bessin de la Sole "portion" T3 de 250 à 350g et la sole "filet" T1 de +500g
  • 18/03........T3 9.10€, T1 7.35€
  • 19/03........T3 8.25, T1 6.65
  • 20/03........T3 7.60, T1 7.00
    ......................................
  • 23/03........T3 7.05, T1 7.00
  • 24/03........T3 8.25, T1 7.30


    Très légère remontée avant la grande marée et le mauvais temps
    Ce qui veut dire pas de soles jusqu'à la semaine prochaine

    En avril le prix est resté entre 8 et 9 € soit 30% de moins date pour date par rapport à 2008.

    En mai, on a connu une petite embellie en fin de morte eau pendant la 1ère quinzaine on est arrivé péniblement à 13€. mais le mal est fait 2 mois décisifs à -30% en début de saison là où l'on fait les plus gros tonnages, c'est galère !
    ......................................
    Merci à ceux et celles qui me communiqueront le prix de ces poissons en poissonnerie (Solea solea Atlantique NE)

lundi 23 février 2009

Après la stupeur, la colère...


Crédit photo Grégory Wait Photographer

Qui l'eut cru, ben oui on a détruit des coquilles ! J'en ai mal au ventre, c'est une honte. On aurait les remettre à l'eau les donner aux Restos du Coeur les porter au sous-préfet, à Barnier au Salon de l'Agriculture, malheureusement et en plus, elles parties à l'équarrissage !
Sur les chaines régionales et nationales cela a fait un peu de bruit ici sur TF1
C'est pas très clair dans le reportage, je vais prendre un peu de temps pour expliquer qu'avant tout cela est du à la faillite, au sens propre comme au figuré, des structures professionnelles incapables d'anticiper la crise et lachées par les banques...
Voilà grosso-modo le scénario. A la faveur d'une belle accalmie les bateaux sont partis en fin de semaine pour une marée longue. Ils sont montés dans les "Casa ou les Baltimores" à la Bouée de Greenwitch chercher des gisements plus prolifiques. On trouve dans le grand large une coquille qui grossit moins vite, un peu maigrichonne. Elle présente un rendement moins bon que la Label Rouge de Baie de Seine. Après une marée de 72H ils sont rentrés débarquer leur pêche en crée. Et là, même à 2€35 elle n'ont pas trouvé preneur. Remises au frigo les csj furent représentées le lundi à la vente. Le produit déjà fatigué n'a toujours pas été vendu.
En général dans de telles situation l'Organisation de Producteurs (OP) retirent les produits, les congèle et les transforme après pour principalement le marché espagnol. Malheureusement en Espagne, c'est aussi la crise et le marché est capté par les Ecossais qui profitent de la faiblesse de la £/€ pour rafler les marchés. Les difficultés bancaires de toute la filière coopérative et de l'OP ont pesé lourd, l'incertitude quand à un éventuel débouché pour ces csj ont poussé l'OP à les détruire. On comprend bien l'enchainement, mais on aurait du tout faire pour éviter cela et surtout ne pas le médiatiser. Des csj détruites pour "faire du terreau". C'est pas une belle image.
Les pêcheurs auraient été payés, tant mieux. Combien, en partie ou en totalité, il a-t-il eu des rachats ? Pas d'info, comme d'hab le côté obscure de la Force reste dans l'ombre, où la transparence n'est pas de mise. Il faut se satisfaire des bruits de quai.

mardi 17 février 2009

"C'est une erreur de taille que de ne pas respecter la maille"



C'est n'importe quoi....Je me demande bien qu'est-ce que vient faire cette tribune dans le marin du vendredi 13/02/2009. Comme si, alors qu'on parle de crise, de restructurations professionnelles et des difficultés de la pêche française, la pêche des juvéniles était la solution à la crise. Jean Michel Le Ry est ingénieur agronome halieute, il est aussi à l'halieutique ce que Claude Allègre est au réchauffement climatique, "un négationniste" ! Dans le marin du 13/02/09, il remet violemment en cause le fait qu'il faille préserver les juvéniles, les petits des poissons. Le discours est très pro pêche, orienté gros chalut, d'ailleurs au passage JM égratigne volontiers les fileyeurs "pêche douce dit-on" et vlan prend ça ! Un raisonnement développé sans précaution qui pourrait s'avérer contre productif, très dangereux et ressembler à une fuite en avant désespérée, s'il était repris par la profession.

Lire la suite...

mercredi 14 janvier 2009

Tous mes voeux !

lundi 8 décembre 2008

Fête de la Coquille : "Vive Grandcamp !"

Après la Fête de Villers sur Mer les 25 et 26 octobre, après Port en Bessin et le Gout du large des 8 et 9 novembre, sans oublier la Journée de la Coquille à Granville le 4 novembre qui faisait suite à la 6e édition du Festival “Toute la mer sur un plateau” des 4 et 5 octobre, c'était donc le tour de Grandcamp les 6 et 7 décembre avec Coquille Saint Jacques en Fête. Une belle fête de taille plus modeste, plus conviviale, plus familiale avec la belle, l'unique, l'incomparable, la merveilleuse, coquille St Jacques de la Baie de Seine...
Après tout cela qui je n'entende plus que la pêche en Basse Normandie c'est fini et qu'il faut dédier les ports au seul tourisme ! Les pêcheurs se bougent, il y a encore de la vie sur le littoral. De plus les gens de mer et leurs produits font recette à chaque fois !
Et comme le chantait la sympathique chorale grandcopaise "Vive Grandcamp !"...

samedi 15 novembre 2008

Fete de la Coquille, histoires belges et marchands de vent



A Port en Bessin, on fêtait les 8 et 9/11 la coquille St Jacques et les produits de la mer. La manifestation Le Gout du Large a trouvé son public. On vient nombreux acheter ses coquilles et faire un petit tour sur les quais. Le pêcheur fait toujours recette. A 4€50, certains grincheux trouvaient la coquille encore trop chère, qu'ils aillent se faire voir ailleurs...Même s'il est vrai que dans le même temps le supermarché du coin les vendait 3€50, conséquence immédiate des ventes directes assassines. On trouvait aussi des grosses pièces de turbot à 20€/Kg, cadeau moins cher qu'en criée...
Jan Ack notre nouvel ami pêcheur et belge, patron du Thalassa dont, dans mon dernier billet, je contais les mésaventures, avait sorti son pavois Tourtel, Pils, Mes....Ah ces belges, des vrais marins ;o)). Il a aussi failli déclencher une nouvelle joute nautique en venant taper dans mon bateau et massacrer ma belle peinture miroir du dernier radoub. Le contact d'homme à homme désamorça l'incident.

Lire la suite...

samedi 25 octobre 2008

Pêcheurs Normands 1, Pêcheurs Belges 0, Pêcheurs Ecossais forfait....



Mais qu'est-ce qui a bien pu se passer dans la journée du jeudi 23/10 au large de la baie de Seine, dans la zone dite du Proche Extérieur ?
Un regrettable incident, un coup de sang, appelez ça comme vous voulez !

Lire la suite...

jeudi 16 octobre 2008

Coquille, "Touches pas à mon prix de retrait", cacophonie bis répétita...



Après une semaine de pêche, le marché dit organisé des halles à marée s'est trouvé engorgé par les csj. Réaction brutale et sans concertation de l'OPBN, on ne soutient plus le prix de retrait à 2.36, on descend à 2.05, problème bancaire pour financer ses stocks, crédit de campagne Ofimer atteint. Annonce étant faite dans la presse et auprès du mareyage.
Quelques chiffres, Boulogne avec 15 bateaux n'a pas eu de problème. Dieppe 110 T débarquées, 55%de report, idem à Fécamp avec 50 T débarquées. En Basse Normandie on compte 187 T de csj dont 140 T au report qui sont parties moitié-moitié congelées entières ou décortiquées. Les Hors Criée est estimé au même tonnage sans plus de précision, si ce n'est que les opérateurs locaux ont de la csj de l'année dernière en stock.
Lundi 13/10, coup de théâtre, réunion à l'OPBN, à la quelle je n'ai pas été invité d'ailleurs, coup de gueule des patrons concernés. "Touches pas à mon prix de retrait", on repasse donc dans la foulée à 2.36, on compense par moins d'apport en supprimant une journée de pêche. Mardi matin 14/10 était prévu une réunion inter-régionnale sur le sujet au Havre qui n'a pas eu lieu. Pourquoi, la réponse est à trouver. Mardi après midi la Commission Coquillage du CNPEM avait convoqué ses membres pour une réunion sur le même sujet. En effet, pour fermer la pêche une journée il faut prendre un arrêtè entre les 3 régions suite aux décisions professionnelles...
Au passage on apprend que nos amis bretons qui dispose d'une outil de mareyage performant avec Cobrenor, n'ont pas eu de problème contrairement à ce qu'on avait pu lire dans la presse. L'usine qui a une capacité de 240T par semaine avait juste atteint ses limites, c'est tout... Consensus rapide à Paris les Haut Normands fermeront 24H entre le mercredi 12H et jeudi 12H, les Bas Normands fermeront le jeudi à 12H plutôt que le vendredi. Il fallait donc prévenir en mer les bateau mardi soir pour les faire rentrer jeudi midi et aussi dans le même temps que la Dram du Havre sorte son arrêté...Foutage de gueule ! Les pécheurs d'Honfleur/Trouville qui ont le weekend une belle vente avec le parigots en vadrouille n'ont pas apprécié et ont décidé de sortir le jeudi.
Un peu de brise mercredi, moins d'apport, un marché qui commence à s'amorcer et voilà les ventes qui frétillent, l'arrêté n'est pas tombé, les bateaux sont restés en pêche.
Comment voulez vous avec aussi peu d'anticipation et autant de confusion que les pêcheurs aient confiance dans leurs organisations ?
"Nous vivons une époque formidable"

mardi 14 octobre 2008

1ère semaine de coquille, le pire des scénarios catastrophes !



Le problème c'est que moins la coquille se vend correctement, moins la pêche devient morale ! Allez comprendre pourquoi ?

Lire la suite...

lundi 6 octobre 2008

Des eoliennes en mer, et puis quoi encore ?

Soyons clair, en tant que citoyen, l'éolien je suis pour pour. En tant que pêcheur je suis contre !
On se fout de notre gueule en nous promettant des pseudo études et suivis scientifiques, des aides illusoires. Avec l'éolien maritime le pêcheur n'a pas son mot à dire. Tout le monde en veut, sauf lui ! Plus de problème de foncier, des indemnisations beaucoup moins importantes qu'à terre, pas de problèmes de paysages, que du bonheur pour les promoteurs et les élus locaux.
L'éolien nous met devant la faiblesse de nos organisations professionnelles pour défendre les activités littorales. La pêche ne pèse pas lourd. Il lui faut travailler avec d'autres acteurs, conchyliculteurs, défenseurs de la nature, etc... et ça elle ne s'est pas faire, c'est pas dans notre culture...
Voilà donc 2 projets pour implanter 50 éoliennes en mer juste en face Port en Bessin et Courseulles et, pour bien faire, en plein sur un gisement de coquilles !
Est-ce une bonne affaire pour les pêcheurs ? Certainement pas ! Non ! D'un côté on a WPD qui se la joue concertation avec comme 1ère cible les pêcheurs, maitre mot le dialogue. Reste le moment crucial où l'on parle pognon, ben oui 3M€ de taxe/an pour la pêche et la plaisance via le Conseil Général, ça fait rêver, mais là tout s'embrouille. Comment dire aux pêcheurs qu'ils ne toucheront rien ? Que ce sont les communes qui vont se mettre l'argent dans la poche. Le decret du 26.06.08 le précise "la totalité de la taxe versée par les promoteurs éoliens est destinée aux communes concernées, la moitié de cette taxe devant servir à des activités de pêche ou de plaisance. J’attire votre attention sur le fait que contrairement à ce qui est parfois dit par les promoteurs, cette taxe n’est pas reversée directement aux professionnels. Elle peut par contre, selon décision de la commune, financer des projets les concernant. WPD a amené les pêcheurs et décideurs locaux à Liverpool, bien. Mais sur place il n'y avait pas beaucoup de pros, rien que quelques caseyeurs qui touchaient des aides directes pour finir leur carrière...
Chez Maïa, on s'occupe pas du petit peuple qui vit de la mer, on passe directement aux grosses légumes du littoral. Le déplacement officiel a eu lieu sur nos côtes, c'est pas très chic et plus radin, ça c'est mal passé quand ils ont voulu "instrumentaliser" un bateau de pêche venu comme par hasard faire des prélèvements devant la presse toute ébahie d'une coopération si harmonieuse. On "définit un secteur restreint, le plus adéquat et le mieux adapté pour ne pas entraver les activités de pêché". Elle cause bien Blandine Rouget, elle sort certainement d'une grande école d'ing. où on lui a donné des cours de négociations pour parler avec les "peuples premiers" du milieu maritime. Pour amadouer les pêcheurs ici on se la joue franco-français. On est français, on construit en France, avec une technologie française et des petits bras de chez nous. A l'heure de l'Europe et de la mondialisation, ça fait pas moderne...;o)). 1400 personnes qui n'auront plus qu'aller aller pointer aux Assedic une fois le chantier terminé ou accepter la flexi-sécurité en suivant les chantiers. Elle est pas belle la vie ?

dimanche 5 octobre 2008

Cacophonie à tous les étages !



Franchement je n'y comprends plus rien. La question est de savoir que va devenir la pêche. Coincée entre les problèmes de GO, de ressources, de pressions des environnementalistes et des industriels de tout poils et véreux comme on les imagine, la Pêche cherche sa place et un avenir, pas simple !

Le problème du GO est à la Pêche, ce que les "subprimes" sont au capitalisme, un révélateur des limites, des dérives, des points faibles et du laxisme ravageur des 30 dernières années au nom de l'économie libérale et des préoccupations électoralistes.

Alors depuis la grève, se sont entassés annonces, contre annonces et effets d'annonces, dispositifs d'aide multiples et plan de sortie de flotte. Le problème Pêche a été traité par le Gouvernement et dans les médias, comme tous les sujets, à l'emporte pièce, à chaud, sans vraiment savoir où l'on va. On lance des mesures à coup de M€ et on passe à autres choses. Après charge aux administrations et services préfectoraux de se débrouiller…
Exit les rapports et audits, Bolopion, Tanguy, Roncière et les 15 mesures du Ministre Barnier.

Lire la suite...

..:: Chronique N°64 - 05/10/2008 ::..



Quasi un an sans chronique ! Le temps passe vite et l'actualité défile en laissant peu de place à la réflexion. Je n'aime pas le zapping idéologique. Je me demande, d'ailleurs, s'il existe encore une idéologie laissant place au rêve ou à l'utopie. Mais où sont les grands philosophes ? Bordel ! Certainement pas sur les quais en ce moment ;o))...

La citation : "Les Bretons sont chéris des armateurs. Quelque soit le temps, ils ne rebroussent pas leur chemin. Heureusement que la terre est ronde, une fois partis on ne les reverrait pas..." Erik Orsenna, L'Exposition coloniale, 1988

Bénédiction Port en Bessin 2008, photos souvenirs.

mardi 5 août 2008

Bénédiction de la Mer Port en Bessin 16 et 17/08



































jeudi 10 juillet 2008

Que de choses et pas que des bonnes !



D'abord il y a cette Europe qui veut "harmoniser". Alors elle supprime les tailles communautaires de tous les coquillages et même du homard. Sauf pour la divine coquille qui serait à 10 cm pour tous les gisements. J'en suis resté sans voix, 10 cm en Manche Est, alors que nous sommes pour notre plus grand bien à 11 cm. On pourrait donc pêcher des csj de 1an1/2 qui n'ont pas encore assuré leur reproduction. Quelle merde...
Ah oui, ça fait aussi 4 semaines que le poisson ne vaut rien -30% sur le turbot par rapport à l'année dernière, on travaille pour des prunes. Pour la sole c'est idem, on a provisoirement abandonné ce poisson tellement les pêches et les prix étaient minables.
Problème de ressource, mais non, c'est tabou. D'ailleurs le Président de l'OPBN, qui nous quitte cette année après une longévité exemplaire, que je lui envie, dans le milieu de la pêche, n'a de cesse de répéter que la solution c'est la valorisation. Une façon comme une autre d'éviter de parler du problème principal qui est celui de la disparition des 3/4 des ressources exploités. Il reste certainement des possibilités de gain par valorisation sur la coquille par exemple, mais sur le poisson qui doit de plus en plus être transformé, ce sera beaucoup plus dur.
Et puis l'AG du CNPEM le "Comité National des Pêches" le "soviet suprême" de la profession où je me suis rendu pour entendre la pêche moribonde s'exprimer. Rien sur la crise, rien mais rien du tout sur la ressource, on casse du scientifique, fainéants et incapables, on fustige le Ciem, on s'en prend aux journalistes présents et invités, "on a va tous crevés" c'est ce qu'a dit une dame d'un syndicat. Quel propos pertinent.... On est dans la pêche du passé avec des gens du passé. On passe et repasse de la pommade à notre président (de la République) et à notre ministre qui font ce qu'ils peuvent, qui font le maximum et "on sait que c'est pas facile", et que nous aussi on se fait engueuler...
Que dire de cette note interne de la Fedopa, association des OP membre de la nébuleuse Conf, qui précise que vu les budgets accordés pour les contrats bleus, seuls les hauturiers y auront droit. Il parait que c'est une mauvaise interprétation, encore des hallucinations collectives, n'empêche que personne ne veut nous donner copie de cette note.

On reparlera de tout ça avec plus de détails quand j'en aurai le temps et le coeur. Comment voulez vous que j'explique cela à mes soldats ?

lundi 2 juin 2008

Lundi 2 juin 2008 à 10H Port en Bessin repart en mer

Ce matin, à une courte majorité, les marins pêcheurs de Port en Bessin ont voté la reprise du travail, comme les pécheurs de Courseulles. Grandcamp et St Vaast continue la grève. Un déplacement à Bruxelles mercredi prochain et le 23/06 sont toujours prévus. Les patrons jugent peu crédibles les mesures destinées aux armements, mais les difficultés induites par l'arrêt du travail sont passées devant les revendications. Maintenant, les structures professionnelles devront continuer le travail pour satisfaire, autant que possible, les espoirs portés par ce mouvement.

- page 5 de 8 -