Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

..:: Chronique N°62 - 4/11/2006 ::..



Après les présidentielles, on peut légitimement se demander quelle sera l'attitude du nouveau gouvernement vis à vis de ces 17 000 hommes, marins à la pêche. Beaucoup pensent et le disent maintenant ouvertement que malheureusement la pêche se sortira de la spirale, manque de ressource et GO trop cher, par des coupes franches dans la flottille. Moins de marins, qui auront alors un peu plus de poissons. C'est logique, en faisant attention que cette politique de la chaise vide n'attire pas alors d'autres flottilles limitrophes aux aguets.

Il va falloir aussi convaincre en interne, car moins de bateaux, c'est aussi moins d'équipements portuaires, moins de débarques, moins de services, moins pour les organisations professionnels. C'est le train de vie de toute une petite population qui gravite autour des bateaux qui va en pâtir.
Existe-t-il d'autres solutions ? L'Europe veut restaurer les ressources halieutiques, coûte que coûte. Les Etats Membres ont signé. Les marges de manoeuvres sont donc faibles, surtout que beaucoup de pêcheries souffrent effectivement d'un manque cruel de ressource.
A l'image du cabillaud, toujours pas de retour à Terre Neuve après 14 ans de fermeture (cf. l'excellent reportage d'Envoyé Spécial), je me demande s'il n'est pas déjà trop tard.

La citation : Lorsqu'une oeuvre semble en avance sur son époque, c'est simplement que son époque est en retard sur elle. Jean Cocteau, Le rappel à l'ordre, 1926

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.finemaree.com/news/index.php?trackback/45

Fil des commentaires de ce billet