Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Et la pêche alors ??...Bilan de saison, Eco Label et escargots de mer...



Pas de nouvelle, bonnes nouvelles. Saison de csj 2006/2007 terne en Baie de Seine, pas beaucoup d'apport, un peu de prix. Le seul point positif, c'est que, grâce au reliquat de l'année dernière, on a pu avec ces csj de 3 ans donc plus grosses (+13 cm) "sauver les meubles". Si l'on avait eu l'audace, le courage, l'intelligence, le bon sens, la volonté, l'idée de fermer plus tôt et de laisser 2000 T de csj pour la saison d'après, on les aurait pêchées et vendues entre 4 et 5 €, plutôt que de les brader à 2.10€. Mais voilà, ces qualités nous manquent. Le scénario était écrit d'avance en fermaant la saison 2005/2006 fin mars. Le manque à gagner est énorme, la ressource est dilapidée.


Comment au XXI siècle on peut encore faire une "gestion à la petite semaine" en écoutant toujours celui qui crie le plus fort ?
Avant l'ouverture de 12/06, vu l'état de la biomasse, on savait que cette saison il fallait aussi fermer la baie plus tôt. Mais comme je l'avais parié, on l'a fermée trop tard, le 8 mars. Dommage, même si l'impact en terme de ressource se serait montré limité, la mesure aurait été pédagogue. Aujourd'hui sur le quai, beaucoup font un constat amer, "On aurait pas du tout pecher il y a 2 ans". D'autant que l'apparence "de petites", les coquilles d'un an pour la saison prochaine 2006/07, est nulle. Ces 2 saisons mirobolantes de 2004 et 2005 resteront dans les souvenirs. A la pêche, on a la mémoire sélective, on se rémémore toujours les bons coups. En pensant secrétement revivre la même chose, on oublie les erreurs et les coups...de mer !
Un questionnaire avait pourtant été envoyé aux pêcheurs leur demandant leurs avis. La réponse avait été unanime, "il faut constituer un reliquat", plus de la moitié voulaient fermer la baie mi-février. Là on a assisté à un jeu obscur entre la notion de petits bateaux, les bateaux "qui ont des traites" et un éventuel plan B pour la commission interrégionale. En voulant faire plaisir à tout le monde on a hypothéqué la prochaine saison, qui sans reliquat conséquent pourrait s'avérer difficile. Il y a certainement un problème pour moins d'une dizaine de petits bateaux, pratiquement tous de Grandcamp, alors on prend son courage à 2 mains, on dit moins de 10 m, 2 bâtons de 3, un VMS pour tout le monde (suivi de la flottille par balise) et on laisse travailler ces bateaux un mois de plus, et basta ! Après on pourra dire avec des grands effets de manche que l'on a préservé l'équilibre socio-économique...
Ce qu'a découvert le Comité Régional, c'est que même si les pêcheurs ne faisaient pas "le quota", le fameux quota de 250 Kg/Homme/jour en 12 H, ils n'en ont pas plus téléphoné au CRP pour se plaindre ;-)). Et oui, il existe une vie même sans le sacro saint quota. Une pêcherie de csj gérée par le seul temps de pêche est donc possible, rendez vous compte, mais si c'est possible ! D'ailleurs cette année, à part les 15 premiers jours, le reste de la saison s'est fait sans compter les bacs. De surcroît, pas de problème de mévente et même un prix en forte hausse qui a redonné le moral aux troupes. Bon ne rêvons pas, la réduction des points de débarque, le suivi et la pesée des débarques, l'éventuel passage ou rattachement à une halle à marée, la balise VMS dans les bateaux, une vraie politique de contrôle. Tout ça, c'est ni pour la coquille, ni pour demain. Et oui, dommage, puisque ce qui est bon pour la coquille, est bon pour le pêcheur.
Valoriser, il faut valoriser, il est si facile de répéter ça à tue-tête "en sautant sur sa chaise", sans pour autant prendre aucune mesure pour y arriver. Je l'ai déjà dit, mais je le répète, avec l'augmentation du nombre de bateaux et surtout le renforcement exceptionnel depuis 3 ans de l'effort de pêche, la csj est en surexploitation dans la Baie. La Baie est trop petite pour satisfaire tous ces appétits, 210 bateaux plein pot pendant 3 mois dans une bande de 10 Mn x 30 Mn, avec des coquilles seulement sur l'W de Port en Bessin, l'amont étant désertique. Comme personne ne fait rien, il y a non-assistance à pêcheurs en danger.



A moins qu'un projet ambitieux d'éco label ou plutôt écho certification, change la donne. Alors que nous étions incapables de nous fixer un objectif pour réformer en douceur la pêche à la coquille, voir l'échec des réunions à thèmes sous l'égide de la Dram, le MSC lui nous fixera le standard. Un peu comme ces pays qui postulent pour rentrer dans l'Europe, d'abord vous vous faites preuve du minimum requis, après on vous intègre en vous laissant 5 ans pour atteindre un niveau précédemment défini.
Le MSC, c'est ça : www.msc.org.
Le projet partage les opinions, divise ou rassemble, ne laisse pas indifférent. Mais aura-t-il l'adhésion des professionnels, alors même que la MSC fût très fortement critiquée au sein de nos organismes de tutelle ? Vous le saurez plus tard en lisant ces colonnes ;o)). Personnellement, je doute. Je doute car je ne conçois cette démarche uniquement s'étayant sur du concret et du véritable. Et, ce n'est pas faire preuve "d'inertie" ou "d'auto flagellation" que de douter. Je ne vois pas très bien comment on réussirait, facilement, là où après avoir fait un audit de qualité, on a été incapable d'en tirer les conclusions et de réformer. Certains y voient tout bénéfice en terme d'images. Il faut "redorer le blason " des pêcheurs, très bien, mais cela ne suffira pas à remplir les caisse exsangues de beaucoup d'armement.

Un petit apparté sur Copéport pour ne rien dire puisqu'aucune information crédible ne circule, seulement des bruits de quais pas très réjouissants. La restructuration de Copéport Marée en Scop connait des difficultés. Copéport Marée aurait vendu des huitres au Japon ?? Dommage que cela ne soit pas mes turbots ;o)) Le navire de la coopération maritime fait-il toujours l'eau ? Est-il échoué ? Les sociétaires sont dans l'expectative.

La nouveauté 2007, c'est développement d'une pêcherie, toute neuve, sur le bulot en Manche Est et principalement en Baie de Seine. Une commission a été crée, R. Pérée patron d'une vedette de pêche et ancien du Sauvage en est le président. Bravo ! Mes louanges s'arrêteront là. Pour le reste, sous prétexte de faire vite, on a mis en place une licence, pour trop de bateaux, avec des quotas qui ne seront pas contrôlé et aucune oligation de débarquer ou de faire enregistrer sa pêche en criée. L'exemple de coquille ou de la pêcherie de bulot de Manche Ouest n'a pas suffit.
Aucun schéma de cohabitation n'est prévu, on peut donc s'attendre à des échaufourrés pendant l'été, des conflits d'usagers comme on dit aux Affmars. Je me demande comment vont pouvoir travailler les chalutiers qui font la cote tout l'été et ceux notamment qui ont une dérogation de chalutage entre 3Mn et 1.5 Mn. Etait-il vraiment nécessaire de sortir une délibération ratifiant ces dérogations ?. Comme le disent souvent les marins pêcheurs, ce n'est pas quand on a fait, qu'il faut baisser le pantalon. Tout pendant qu'on aura pas l'idée d'enlever le "q" de coquille...
J'arrête cela devient salace, pire qu'un discours de comptoir, paroles de bâtard (private joke) . A+

Commentaires

1. Le dimanche 9 avril 2017, 06:08 par manicure

Aw, this was an extremely good post. Finding the time and actual effort to make a superb article… but what
can I say… I hesitate a lot and don't manage to get nearly
anything done.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.finemaree.com/news/index.php?trackback/24

Fil des commentaires de ce billet