Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1ère semaine de coquille, le pire des scénarios catastrophes !



Le problème c'est que moins la coquille se vend correctement, moins la pêche devient morale ! Allez comprendre pourquoi ?
Oui, j'ai gardé intact ma capacité d'indignation, n'en déplaise à certains ! Ca me révolte. Bien sur cela serait plus simple si je me contentai de couiner doucettement dans mon coin, sans pointer du doigt où interpeller tout ceux qui depuis 20 ans, nous explique, avec un langage policé et consensuel, que ça va mal, mais qu'on fait tout ce qu'on peut. Ou d'autres qui, au nom de la paix social, s'arrangent avec les règles de la République. L'économie de marché joue sans aucune moralité et sans régulation. On voit la résultat. La pêche aussi doit être régulée et avoir une moralité.

Le problème c'est que moins la coquille se vend correctement, moins la pêche devient morale ! Allez comprendre pourquoi ?

Que ce soit en Bretagne, en Haute Normandie ou en Basse Normandie l'histoire est la même. Une semaine de beau temps, chaud de surcroit, un marché en frais timide, une conjoncture économique acadabrantesque, des bateaux qui ne respectent pas les règles établies au niveau des quotas individuels, 3 industriels écossais (?) de 30m en pêche depuis 15 jours en bordure de 12 Mn : voilà le pire des scénarios pour le marché de la coquille.
Résultat en Basse Normandie, l'OPBN avale 140T d'invendus en 4 jours de pêche.

Rien d'exceptionnel, tout ceci était évidement prévisible. Mais la répartition des responsabilités fait en sorte que "c'est la faute à personne". Les professionnels décident des règles d'exploitation à travers leurs CRP, les Affmars les valident, mais se soucient pas vraiment des problèmes économiques ou de marché, qui sont du rôle des OP qui n'ont, elles, pas de prérogatives en terme de gestion des ressources puisqu'elles sont des sociétés privées auxquelles tous les pêcheurs n'adhèrent pas. La commercialisation, soit le mareyage, a une représentation collégiale au sein des CRP, mais bon on dira que les "us et coutumes" on fait que ces personnes ne participent jamais au débat et qu'elles en sont exclues. Atavisme du "pêcheur menteur et mareyeur voleur".
Ofimer a en charge la promotion des coquilles, mais il parait que c'est impossible avant la fin octobre à cause du Salon Mondiale de l'Automobile. Comme si cela aussi ne pouvait être anticipé. C'est vrai, un problème à la fois, déjà que les français n'achètent plus de bagnoles neuves et qu'on ne sait même pas pourquoi…Si en plus on les harcèle avec les csj, ils vont péter les plombs nos concitoyens.

Pour les politiques ou les administratifs qui n'auraient toujours pas compris je rappellerai volontiers un des mécanismes pervers auquel on assiste. Durant cette 1ère semaine de pêche il a fait beau, les bateaux ont donc pêché facilement et trop. Encore une fois on s'est aperçu que le mareyage traditionnel boudait la coquille, notamment sous criée, puisqu'ils sont approvisionnés en direct. Le marché du frais est saturé par les ventes directes des bateaux et les surquotas bradés entre 1 et 1.50€.
Le prix de retrait, qui est décidé par l'OP, ne correspond même pas au prix de marché qui lui est une moyenne, entre les 2.36 et le prix en direct, pondérée par le prix des surquotas. Une gabegie totale ! En Haute Normandie on demande de maintenir le prix et de supprimer une journée de pêche, certainement la solution la moins pire. En Basse Normandie décision abrupte de l'OP sans consensus on baisse à 2.05€.
Rendez vous ma brave dame 13F50 le Kg de coquille au départ de la criée, comparé au 20F d'il y a 20 ans on mesure le problème.
L'effet prévu est celui de l'électrochoc. Baisser le prix de retrait va concourir à déstructurer encore plus le marché. Les pêcheurs vont chercher à pêcher encore plus et à commercialiser eux-mêmes. La seule solution efficace est de diminuer le nombre de jours de pêche laissant ainsi la possibilité au bateau de diversifier leur activité en terminant par exemple la semaine au poisson.

Les solutions existent.
Il faut gérer la pêche avec des moyens modernes et enfin organiser ce marché gangréné par les ventes directes, les noix et le black. Le choix est politique. Que ceux qui ont charge les problèmes de la pêche prennent leurs responsabilités. La décision de faire perdurer les agréments sanitaires qui donnent à chaque producteur la possibilité d'expédier et de commercialiser sa pêche est très clairement un mauvais choix, purement électoraliste. Le "Pack Hygiène 2006" donnait la possibilité de faire revenir les produits et coquillages vers les structures de ventes collectives, contrôlées et transparentes. Au lieu de ça on a monté à la va-vite des formations dont le contenu en décalage avec la réalité à bord des bateaux ont fait sourire les participants. Il ne fallait pas supprimer aux professionnels le moyen de valoriser leurs pêches. On voit le résultat sur les circuits de commercialisations traditionnels complètements anéantis par le direct.

Une balise VMS dans tous les coquillards pour gérer l'effort de pêche à travers le temps de pêche et une gestion des zones de pêche. Débarquement obligatoire des coquilles en criée pour enregistrement de toutes les pêches (propositions Barnier), gestions par les criées du gré à gré, possibilité de rachat par les pêcheurs au prix minimum pour les ventes directes. Actuellement on a 2 zones de pêche, le "Large" et le gisement classé de Baie de Seine. Il faut créer une 3ème zone, un box communautaire dans le Proche Extérieur en deçà de la ligne Barfleur Antifer avec une gestion spécifique (ouverture décalée, effort de pèche, matériel, etc…) et la rendre opposable aux étrangers. Ce qui évitera de se retrouver dès le début octobre avec des avalanches de csj pêchées à 12 Mn. Et puis on pourrait penser à se doter en Basse Normandie d'une usine de transformation de coquilles pour mettre en noix les excédents, ne pas laisser la porte trop facilement ouverte aux écossais avec leurs produits trempés et anticipés le succès de la future noix de Coquille St Jacques Label Rouge débarquée en Normandie !

Commentaires

1. Le jeudi 5 mars 2009, 18:01 par bernard

bjour,ou on peut achete les invendus de la peche normande au lieu de detruit ou de jete merci cordialement

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.finemaree.com/news/index.php?trackback/59

Fil des commentaires de ce billet