Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Après la stupeur, la colère...


Crédit photo Grégory Wait Photographer

Qui l'eut cru, ben oui on a détruit des coquilles ! J'en ai mal au ventre, c'est une honte. On aurait les remettre à l'eau les donner aux Restos du Coeur les porter au sous-préfet, à Barnier au Salon de l'Agriculture, malheureusement et en plus, elles parties à l'équarrissage !
Sur les chaines régionales et nationales cela a fait un peu de bruit ici sur TF1
C'est pas très clair dans le reportage, je vais prendre un peu de temps pour expliquer qu'avant tout cela est du à la faillite, au sens propre comme au figuré, des structures professionnelles incapables d'anticiper la crise et lachées par les banques...
Voilà grosso-modo le scénario. A la faveur d'une belle accalmie les bateaux sont partis en fin de semaine pour une marée longue. Ils sont montés dans les "Casa ou les Baltimores" à la Bouée de Greenwitch chercher des gisements plus prolifiques. On trouve dans le grand large une coquille qui grossit moins vite, un peu maigrichonne. Elle présente un rendement moins bon que la Label Rouge de Baie de Seine. Après une marée de 72H ils sont rentrés débarquer leur pêche en crée. Et là, même à 2€35 elle n'ont pas trouvé preneur. Remises au frigo les csj furent représentées le lundi à la vente. Le produit déjà fatigué n'a toujours pas été vendu.
En général dans de telles situation l'Organisation de Producteurs (OP) retirent les produits, les congèle et les transforme après pour principalement le marché espagnol. Malheureusement en Espagne, c'est aussi la crise et le marché est capté par les Ecossais qui profitent de la faiblesse de la £/€ pour rafler les marchés. Les difficultés bancaires de toute la filière coopérative et de l'OP ont pesé lourd, l'incertitude quand à un éventuel débouché pour ces csj ont poussé l'OP à les détruire. On comprend bien l'enchainement, mais on aurait du tout faire pour éviter cela et surtout ne pas le médiatiser. Des csj détruites pour "faire du terreau". C'est pas une belle image.
Les pêcheurs auraient été payés, tant mieux. Combien, en partie ou en totalité, il a-t-il eu des rachats ? Pas d'info, comme d'hab le côté obscure de la Force reste dans l'ombre, où la transparence n'est pas de mise. Il faut se satisfaire des bruits de quai.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.finemaree.com/news/index.php?trackback/66

Fil des commentaires de ce billet