Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"Courage, fuyons vers Varennes"



Si la fuite du roi pendant la Révolution Française reste un évènement mineur. Cet épisode reste fondateur de l'idée d'une république. En allant, le 19 novembre 2009, rue de Varennes au Ministère de l'Agriculture et de la Pêche, pour une réunion de travail uniquement consacrée  à la csj de Manche Est, nous sommes peut-être à l'origine d'un changement historique dans la gestion et la commercialisation de cette ressource. Donc tout le monde était là, les pêcheurs et leurs CRP respectifs; les OP, OPBN, From,CME; les Affmars; FranceAgriMer, un mareyeur CoqMarée, le CNPEM, la DPMA, Les GMS et leur CdM.

Alors que se passe-t-il :

  1. la coquille ne se vend pas, le prix de retrait à 2.36 est redescendu à 2.05. Surproduction en début de saison , temps chaud, trop chaud.
  2. le gisement HN est très prolifique, les quotas de pêche à l'homme 300 kg/jour/H ne sont pas respectés.
  3. les chiffres de production et les belles courbes de Marion ne sont absolument pas représentatives de la production. Le Réseau Inter Criées ne recense que les ventes en criée minoritaire 30 à 40%, le gré à gré n'est pas comptabilisé.
  4. les OP n'ont pas harmonisé leurs moyens d'intervention. Si l'OPBN et la CME prenne en charge la totalité de la débarque d'un bateau en cas de mévente, le From lui indemnise qu'à hauteur de 10% du tonnage annuel de chaque bateau adhérent. Avec la surproduction à l'ouverture, beaucoup de bateaux ont atteint cette limite, et donc, sortent du circuit organisé pour écouler leur produit à n'importe quel prix en gré à gré ou en direct.
  5. les notes de ventes obligatoires en cas de vente de gré à gré aux mareyeurs ne sont pas faites. Poids et prix de cession ne sont pas fournis aux criées, pour enregistrement, alors que c'est obligatoire. Aucun contrôle croisé ne peut être fait. Là ce sont les Affmars qui ne font pas appliquer la loi !
  6. la campagne de promo de FranceAgriMer a commencé trop tard 17/11 ! les moyens mis en place sont dérisoires.
  7. les GMS, bien qu'elles soient capables de vendre en fin de semaine des quantités importantes de produit frais, ne jouent pas le jeu. Mais elles font remarquer qu'aucune offre massifiée ne leurs est faite ! Sidérant et symptomatique de l'état de délabrement des OP.

Sans vraiment d'obligation ni de résultat, ni de moyen et sans calendrier, il a été décidé :
  1. de rendre obligatoire le passage en criée, enfin presque...Il est dit que les débarques devront être pesées et enregistrées. Des réunions devront être organisées au plus tôt...Par qui ? L'exemple de la Baie de St Brieuc a été systématiquement rappelé.
  2. le conseiller du ministre a stigmatisé d'éventuels retraits destructions qui malheureusement ont déjà eu lieu !
  3. il a été rappelé que les rétro-commissions, notamment sur les produits ayant été retirés du marché, sont absolument interdites. Là certains ont blanchis.
  4. il a été question  aussi de revoir les points de débarques. Les Affmars pensent que cela est suffisamment définis dans les arrêtés préfectoraux. Alors que les points référencés sont trop nombreux et ne sont pas équipés.
  5. il est rappeler l'obligation des notes de vente. 1500€ d'amendes par 100 kg non déclarés par les mareyeur..."De quoi combler le trou de la Sécu a fait remarquer un des participants..." Côté pêcheurs les contrôles seront intensifiés et ciblés. En aucun cas la politique désastreuse des quotas est remise en cause.
  6. Un renforcement des actions de promo pourra être fait, l'étude du marché européen remise à jour.
  7. le suivi par satellites navires ne pourra pas être financé en 2010 par la CE! Mais on nous promet que l'Etat pourrait subventionner ces équipements
  8. un barème de sanction devra être harmonisé entre les 3 régions
  9. Côté GMS, rien de concret, elle continuerons à faire la promo des "St Jacques" transformées en FRANCE...;o)) pendant l'ouverture en France.

Ce qui n'a pas été dit ou pas été clairement formulé:

  1. Sur cette pêcherie, les pêcheurs sont loin d'avoir des pratiques responsables et durables
  2. les CRP restent attachés aux règles, dépassées, des quotas à l'homme, qui dérégulent le marché en générant des surquotas systématiquement bradés. Les règles de 1ère mise en marché qui sont à l'origine de la crise actuelle ne sont pas définies dans les délibérations professionnelles. L'auto contrôle par le VMS n'est pas perçu comme une moyen efficace de réguler l'effort de peche.
  3. les Affmars ne font pas appliquer la loi sur les notes de ventes et sur l'obligation d'équiper les points de débarques, les préfectures ne font pas n'ont plus respectés ces obligations auprès des communes gestionnaires dans beaucoup de ports.
  4. FranceAgriMer n'a pas pris toute la mesure ni d'une vraie inter profession , ni d'identifier l'origine française de cette espèce.
  5. les GMS ne sont absolument pas solidaires de la pêche françaises et voit comme une contrainte d'éventuelles identifications d'origine.

Je prends acte et date de ces grandes décisions. Comme l'a dit le conseiller du ministre "on n'a pas trop parlé la langue de bois". Mais comment obliger les OP à harmoniser leurs moyens d'interventions, comment équiper les points de débarque sans obligation préfectorale, comment obtenir des Affmars qu'elles exigent les notes de vente, avec quels moyens financer promo et équipements de contrôle ?



Wait and See

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.finemaree.com/news/index.php?trackback/75

Fil des commentaires de ce billet