Des algues

Ce qu’il faut savoir sur l’iode

Bien manger est important pour être en bonne santé. Une consommation diversifiée des aliments permet de combler tous les besoins de notre corps. Fruits, légumes, viandes, poissons, laitages… Ces différents groupes d’aliments apportent les ressources nécessaires au bon fonctionnement des organes. C’est pourquoi il est important de varier son alimentation, pour éviter les risques de carences. L’iode n’est pas à exclure pour rester en bonne santé. Voici ce qu’il faut savoir sur cet oligo-élément et sur les aliments riches en iode.

Qu’est-ce que l’iode ?

L’iode est un oligo-élément essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Mais pourquoi est-il important de consommer des aliments riches en iode ? Pour éviter les dérèglements de la glande thyroïde. Ces dérèglements peuvent avoir un impact important sur la santé et provoquer, par exemple, de l’hypertrophie. En effet, l’iode joue un rôle très important dans la synthèse des hormones de la glande thyroïde puisqu’il assure la production des hormones thyroïdiennes.

Par ailleurs, l’iode doit être consommé très tôt… En effet, lors du développement prénatal, les hormones thyroïdiennes assurent le développement et la croissance de maturation cellulaire du fœtus.

Mais l’iode tient un rôle essentiel et indispensable tout au long de notre vie. Il assure le bon fonctionnement de l’organisme et régule aussi le métabolisme énergétique. Il agit sur la thermorégulation (maintien de la chaleur du corps), le système cardiocirculatoire et les fonctions respiratoires.

Les apports nutritionnels conseillés

L’iode n’est pas présent dans l’organisme, c’est donc à nous de l’apporter par l’alimentation, pour éviter les troubles et les carences. De façon générale, les aliments les plus riches en iode sont les fruits de mer et le poisson. Voici les apports nutritionnels recommandés par jour selon les différentes tranches d’âges et les cas particuliers. Ces références nutritionnelles s’expriment en microgrammes (µg) par jour.

  • Nourrissons et jeunes enfants : de 90 à 120 µg
  • Enfants : 120 µg
  • Adultes : 150 µg
  • Femmes enceintes ou allaitantes : 200 µg

Le besoin peut aussi être plus important chez les sportifs qui se dépensent beaucoup. En effet, en cas de gros efforts, le corps sue plus et on remarque alors une perte conséquente de l’iode.

Par ailleurs, il faut savoir que pour les fumeurs, le besoin en iode est lui aussi plus important. En effet, la consommation de tabac réduit la captation de l’iode par la glande thyroïde.

L’iode dans le sel iodé

Quand on pense à l’iode, on pense généralement au sel. En effet, le sel iodé est bien composé de cet oligo-élément du même nom. La santé publique a rendu obligatoire l’iodation du sel, il y a déjà, plusieurs années. Cependant, il n’est pas conseillé de miser sur le sel pour espérer atteindre son apport journalier. Le sel iodé est souvent … Peu iodé ! De plus, il n’est pas question d’augmenter votre consommation en sel, cela est très mauvais et peut avoir des conséquences sur la santé et provoquer des maladies cardiovasculaires. Pas de panique, l’iode se trouve aussi dans d’autres aliments…

L’iode dans le poisson et les fruits de mer

La mer et les produits de la mer contiennent une grande quantité d’iode. Vous l’aurez compris, ce sont donc ces aliments qu’il est conseillé de consommer régulièrement. Ainsi, le poisson et les fruits de mer sont des aliments riches en iode qui vous permettront de vous maintenir en bonne santé. Voici quelques produits de la mer à consommer. Les données en iode sont exprimées pour 100 grammes d’aliment.

Poissons :

  • Saumon : 245 µg
  • Aiglefin : 260 µg
  • Huile de foie de morue : 838 µg
  • Morue : 143 µg
  • Thon cuit : 150 µg

Fruits de mer :

  • Huîtres : 88 µg
  • Tourteau : 100 µg
  • Moules : 195 µg
  • Homard : 102 µg
  • Langoustine : 130 µg

Par ailleurs, les algues sont également des ressources très riches en iode : wakamé, kombu, algues brunes… Il est conseillé d’en consommer avec parcimonie. En effet, il faut veiller à ne pas dépasser la dose recommandée par jour.

L’iode dans les autres aliments

Si vous n’aimez ni le poisson, ni les fruits de mer, il faut alors vous diriger vers d’autres produits contenant de l’iode. Pas d’inquiétude, cet oligo-élément est aussi présent dans les aliments d’origine animale. Comment expliquer cela ? Les éleveurs utilisent des produits iodés dans les élevages pour prévenir l’apparition d’infection. Voici quelques produits à consommer au quotidien (teneur en iode exprimée pour 100 grammes d’aliment).

  • Œuf au plat : 55 µg
  • Parmesan : 80 µg
  • Viande des grisons : 60 µg
  • Lait de chèvre : 25 µg
  • Roquefort : 52 µg

Par ailleurs, même si les légumes ne sont pas les plus riches en iode, certains possèdent tout de même des propriétés intéressantes. C’est notamment le cas de l’épinard ou du cresson !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *